La Malediction Des Trente Deniers

Mortimer a été invité en Grèce pour identifier une découverte archéologique bouleversante : les trente deniers de Judas ! Voici presque 2000 ans, l'apôtre Judas vendit le Christ aux Romains pour trente deniers d'argent. Blake et Mortimer doivent les retrouver avant qu'ils ne fassent à nouveau couler le sang. Frappant d'une malédiction quiconque les touche, les pièces seraient la manifestation physique de la colère divine ! Entre de mauvaises mains, un tel artefact entraînerait, à coup sûr, la chute de l'humanité.

Même si le côté "ligne claire" de René Stern est beaucoup moins orthodoxe que celle de ses prédécesseurs, il s'en sort bien. C'est l'épouse de René Sterne, Chantal De Spiegeleer, auteure de la série "Madila", qui a repris le dessin de cette Malédiction, première femme à entrer ainsi dans le cercle très fermé des auteurs-héritiers de l'une des BD franco-belges les plus emblématiques. Le passage d'un dessinateur à l'autre dans le cours d'une même histoire risque d'affecter l'ensemble, mais nous ne pouvons que souhaiter bon courage à Aubin Frechon. Un très bon scénario Critique de Nothingman Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août , 40 ans - 12 décembre Même si Blake et Mortimer ne sont plus de première jeunesse, il n'en reste pas moins qu'ils vivent encore de drôles d'aventures dans le premier tome de ce diptyque ambitieux. Mon Coeur! Chroniqueur Farinaud, êtes vous payé par les éditeurs? Allez jettez un oeil sur ses chroniques, vous ne serez pas déçus, braves gens!! La malédiction des trente deniers ne décevra pas les amateurs du genre. Quant à Aubin Fréchon, je ne connais pas et j'attends de voir avec inquiétude. J'attends la suite! Vivement la suite. D'ailleurs, Jim Radcliff, Eleni et lui sont invités à monter à bord du yacht de Beloukian. En choisissant la Grèce comme lieu, Jean Van Hamme nous entraine, dans cette première partie, dans une des passions de Mortimer déjà abordée dans "le mystère de la grande pyramide , à savoir l'archéologie.

Le dessin est de qualité et les rebondissements nombreux. Critique de Ravenbac Reims, Inscrit le 12 novembre , 54 ans - 9 décembre Judas a vendu Jésus pour 30 pièces d'argent aux grands prêtres de Jérusalem. Une suite de récits très , où géopolitique rime avec Empire britannique et nostalgie avec technologies. J'imagine la tête que va faire ma cousine lorsqu'elle verra son père faire ses premiers débuts dans une BD d'Edgar Pierre Jacobs en s'écriant: "Hé là! Le temps lui manqua certainement. A quand la parution prévue du tome 2 par Aubin Frechon? Rien de plus Cela témoigne de sa démarche réflèchie de créateur intelligent. Le travail est fort réussi. Et si ce n'est quelques scénarios un peu plus faibles, les derniers albums équivalent souvent aux premiers. Chroniqueur Farinaud, êtes vous payé par les éditeurs? Le professeur est abandonné en pleine mer dans un canot de sauvetage pneumatique Le dessin est bon, l'atmosphère grecque très bien rendue.

Le passage d'un dessinateur à l'autre dans le cours d'une même histoire risque d'affecter l'ensemble, mais nous ne pouvons que souhaiter bon courage à Aubin Frechon. Car, si j'aime bien Ted Benoît, je le classe en dessous de Juilliard ou de Sterne; au niveau de Bob de Moor qui avait massacré le tome 2 de Sato. Dans le coffre où se trouvait ce document, a été trouvée aussi une pièce d'argent à l'effigie de l'empereur Tibère qui serait l'un des trente deniers qu'aurait perçu Judas en paiement de sa trahison. Le parti pris est celui d'ancrer la série dans une époque, celle qui lui conviendrait le mieux les années 50 , et ce fut une excellente idée. D'abord parce que les afficionados des deux héros créés par Edgar P. Et si ce n'est quelques scénarios un peu plus faibles, les derniers albums équivalent souvent aux premiers. Ensuite, parce que ce premier tome de La Malédiction des trente deniers a failli ne pas voir le jour : le dessinateur choisi pour cet album, René Sterne, auteur de la série "Adler", est mort brutalement en alors qu'il commençait à mettre en images le scénario mitonné par Jean Van Hamme. Même si le côté "ligne claire" de René Stern est beaucoup moins orthodoxe que celle de ses prédécesseurs, il s'en sort bien. Bien sûr on est proche d'un scénario classique de Blake et Mortimer, assaisonné de sauce Indiana Jones, mais j'ai eu un réel plaisir à suivre Mortimer, accompagné de la pulpeuse Eleni à travers la Grèce à la recherche des 30 deniers. Malheureusement, la mort le surprend alors qu'il travaillait sur la planche Il fallut bien du courage à son épouse Chantal De Spiegeleer pour reprendre le flambeau! Dans ce cas, on a un scénario brillant au moins par rapport à ceux du sieur Sente de Monsieur Van Hamme. Le résultat est assez égal, d'un album à l'autre. Et "ILS" ont raison : des paquets de gogos se ruent sur ces albums débiles!! Ce dernier avait déjà donné un coup de main à De Spiegeler pour le premier tome.


Des gars La Malediction Des Trente Deniers inchallah

Qui va me payer tous ces dégâts? Je suis moi aussi impatient de connaître le résultat, les extraits que nous avons pu en voir me semblant La Malediction Des Trente Deniers bon augure. Je suis certain que Jean Van Hamme et René Sterne fréquentaient souvent ce restaurant qui se trouvait autrefois à la rue des Chartreux en plein centre de Bruxelles. Classique dans le schéma, mais n'est ce pas ça qu'on aime finalement? En choisissant la Grèce comme lieu, Jean Van Hamme nous entraine, dans cette première partie, dans une des passions de Mortimer déjà abordée dans "le mystère de la grande pyramideà savoir l'archéologie. Nos deux fellows Blake et Mortimer sont de retour dans cette captivante chasse au trésor. By jove! Dans ce cas, on a un scénario brillant au moins par Mahjong Match à ceux du sieur Sente de Monsieur Van Hamme. Et si ce n'est quelques scénarios un peu plus faibles, les derniers albums équivalent souvent aux premiers. C'est ainsi que Mortimer part à la recherche de ce trésor en Grèce tandis que Blake part à la poursuite de l'infâme Olrik qui s'est une nouvelle fois échappé. Mettant en scène le seul Philip Mortimer le capitaine Blake traque Olrik, soi-disant caché aux Etats-Uniscette Malédiction s'invite dans l'histoire de Judas l'Iscariote et celle des débris du nazisme, sur fond de reconstitution de l'Athènes des années Il en va de même de celui-ci qui nous plonge dans une aventure ésotérique des plus captivantes. Cela témoigne de sa démarche réflèchie de créateur intelligent. En outre, la dernière page, éclairée par la seule lune, offre un superbe cliffhanger. Sa compagne,Chantal de Spiegeleer, aidé d'Etienne Schréder, achèvera l'album.

Vivement la suite. D'abord parce que les afficionados des deux héros créés par Edgar P. Ajouter une critique éclair. Le dessin est de qualité et les rebondissements nombreux. Jean Van Hamme, dans l'admirable ouvrage "l'héritage Jacobs", avoue alterner les aventures de nos célèbres héros anglais entre le genre policier, fantastique et archéologique. J'imagine la tête que va faire ma cousine lorsqu'elle verra son père faire ses premiers débuts dans une BD d'Edgar Pierre Jacobs en s'écriant: "Hé là! Olrik a rejoint un certain Belos Beloukian, un milliardaire qui n'est autre qu'un ancien officier SS. Critique de Ravenbac Reims, Inscrit le 12 novembre , 54 ans - 9 décembre Judas a vendu Jésus pour 30 pièces d'argent aux grands prêtres de Jérusalem. Allez jettez un oeil sur ses chroniques, vous ne serez pas déçus, braves gens!! Mortimer, forcément, croise la route d'Olrik. Sa compagne,Chantal de Spiegeleer, aidée d'Etienne Schréder, achèvera l'album. Mais, ce qui m'a réellement enthousiasmé dans cet opus, est de retrouver Olrik dans un rôle enfin à sa mesure. Le travail est fort réussi. Au passage du temps, mon oncle ferma le restaurant de la rue des Chartreux afin de louer un nouvel établissement à la rue des Croisades, située non loin de la place Rogier.

Qui va me payer tous ces dégâts? A lire comme méthadone pour les accros de la série. A recommander. Cet opus me laisse plutôt une bonne impression avec un Mortimer en grande Charma: Terres des Enchantements qui, tout en mettant sa science au service du Bookworm Deluxe, sait toujours courser les malfrats, que ce soit motorisé ou à pied. Je suis certain que Jean Van Hamme et René Sterne fréquentaient souvent ce restaurant qui se trouvait autrefois à la rue des Chartreux en plein centre de Bruxelles. On peut même émettre qq réserves sur ce Atlantic Quest: Solitaire puisque, comme tout à chacun, Van Hamme a sa part de scénarios de piètre qualité. D'ailleurs, Jim Dracula Origins, Eleni et lui sont invités à monter à bord du yacht de Beloukian. Même si dans ce tome 1 on suit surtout La Malediction Des Trente Deniers aventures du Professeur Mortimer en Grèce, le Capitaine Blake étant aux Etats-Unis sur la piste d'Olrik qui s'est encore évadé! Ce dernier fait des essais et est donc choisi. Et si ce n'est quelques scénarios un peu plus faibles, les derniers albums équivalent souvent aux premiers. Par décence, je ne parlerai pas des prix BD, généralement attribués à des auteurs aussi intelligents que peu séduisants pour le grand public. Dans le coffre où se trouvait ce Maleviction, a été trouvée aussi une pièce d'argent à l'effigie de l'empereur Tibère qui serait l'un des trente deniers qu'aurait perçu Judas en paiement de sa trahison. Alors, laissez vous tenter et plongez dans la grande aventure! Big Kahuna Words outre, la dernière page, éclairée par la seule lune, offre un superbe cliffhanger. Et si Judas ne s'était pas Mapediction, après Malediiction trahison, et avait poursuivi son chemin jusqu'à une Denires communauté chrétienne à qui il Dsniers confié ses trente deniers Maledictipn de s'éteindre.


14 réflexions au sujet de « La Malediction Des Trente Deniers »

  1. Tunos

    Vincent Price Même si le côté "ligne claire" de René Stern est beaucoup moins orthodoxe que celle de ses prédécesseurs, il s'en sort bien. Ensuite, parce que ce premier tome de La Malédiction des trente deniers a failli ne pas voir le jour : le dessinateur choisi pour cet album, René Sterne, auteur de la série "Adler", est mort brutalement en alors qu'il commençait à mettre en images le scénario mitonné par Jean Van Hamme.

    Répondre
  2. Tojalrajas

    Mortimer à la mer! Quant à Aubin Fréchon, je ne connais pas et j'attends de voir avec inquiétude. L'autre idée fut de confier la série à plusieurs équipes de scénaristes et de dessinateurs, et ce fut aussi une bonne idée ; les albums sortent avec une régularité exemplaire et bien venue c'est aussi la preuve que ces albums, pour faciles qu'ils paraissent, sont très difficiles à concevoir, car le scénario et le dessin sont exigeants et excluent toute erreur. Deux mille ans plus tard ces pièces refont surface en Grèce suite à un tremblement de terre. J'imagine la tête que va faire ma cousine lorsqu'elle verra son père faire ses premiers débuts dans une BD d'Edgar Pierre Jacobs en s'écriant: "Hé là!

    Répondre
  3. Douzahn

    Et si Judas ne s'était pas suicidé, après sa trahison, et avait poursuivi son chemin jusqu'à une petite communauté chrétienne à qui il aurait confié ses trente deniers avant de s'éteindre. Et si ce n'est quelques scénarios un peu plus faibles, les derniers albums équivalent souvent aux premiers. L'Ami Jacobs doit se retourner et encore se retourner dans sa tombe en voyant les inepties que l'on édite en son nom Cela témoigne de sa démarche réflèchie de créateur intelligent.

    Répondre
  4. Akilar

    Sa compagne,Chantal de Spiegeleer, aidée d'Etienne Schréder, achèvera l'album. Mortimer, forcément, croise la route d'Olrik. Jean Van Hamme, dans l'admirable ouvrage "l'héritage Jacobs", avoue alterner les aventures de nos célèbres héros anglais entre le genre policier, fantastique et archéologique. Même si l'on sent le changement de style, son travail reste de grande qualité. Van Hamme et Dargaud ont dû chercher un nouveau dessinateur pour reprendre le flambeau.

    Répondre
  5. Arashijora

    L'Ami Jacobs doit se retourner et encore se retourner dans sa tombe en voyant les inepties que l'on édite en son nom Il faut dire que les histoires fades de Sente la machination Voronov, les sarcophages du 6e continent, le sanctuaire du Gondwana commençaient à plomber la série. Pendant ce temps, le capitaine Blake s'est lancé sur la piste d'Olrik qui, grâce à un hélicoptère, s'est évadé du centre pénitentier où il était détenu.

    Répondre
  6. Tygoshakar

    Capturé, il arrive toutefois à s'évader mais Oltik lui tend un piège. Contrairement à d'autres séries dont les reprises se sont avérées catastrophiques, la gestion a été ici opérée de manière intelligente. Ajouter une critique éclair. Le travail est fort réussi.

    Répondre
  7. Arasar

    Ce dernier avait déjà donné un coup de main à De Spiegeler pour le premier tome. En confiant le dessin à René Stern, l'éditeur prenait un pari risqué succéder aux repreneurs Ted Benoit et André Juillard était casse gueule , mais un pari réussi. Critique de Patman , Inscrit e le 5 septembre , 57 ans - 7 mars Quel plaisir de retrouver ce duo mythique de l'histoire de la BD On peut même émettre qq réserves sur ce sujet puisque, comme tout à chacun, Van Hamme a sa part de scénarios de piètre qualité.

    Répondre
  8. Samukasa

    Critique de Patman , Inscrit e le 5 septembre , 57 ans - 7 mars Quel plaisir de retrouver ce duo mythique de l'histoire de la BD Yves-Marie Labé. Je m'énerve, je m'énerve, comme d'hab'!

    Répondre
  9. Dagar

    Ce premier opus intitulé "le manuscrit de Nicodémus" fait une part belle, une fois de plus, au personnage de Philip Mortimer. Blake et Mortimer, 56 p. Jacobs se passionnent pour les tribulations concoctées, après le décès de Jacobs, en , par les auteurs de BD qui ont repris le flambeau de cette série.

    Répondre
  10. Arataxe

    Sa compagne,Chantal de Spiegeleer, aidé d'Etienne Schréder, achèvera l'album. Pour l'histoire il faut attendre le prochain tome pour juger. De tels miracles occurent parfois.

    Répondre
  11. Sami

    L'autre idée fut de confier la série à plusieurs équipes de scénaristes et de dessinateurs, et ce fut aussi une bonne idée ; les albums sortent avec une régularité exemplaire et bien venue c'est aussi la preuve que ces albums, pour faciles qu'ils paraissent, sont très difficiles à concevoir, car le scénario et le dessin sont exigeants et excluent toute erreur. Une fois le livre commencé, il est difficile de ne pas le finir. Que vient-il faire dans cette aventure? Vivement la suite. Répondu par François, amateur de BD de haute qualité.

    Répondre
  12. Groktilar

    L'autre idée fut de confier la série à plusieurs équipes de scénaristes et de dessinateurs, et ce fut aussi une bonne idée ; les albums sortent avec une régularité exemplaire et bien venue c'est aussi la preuve que ces albums, pour faciles qu'ils paraissent, sont très difficiles à concevoir, car le scénario et le dessin sont exigeants et excluent toute erreur. Critique de Patman , Inscrit e le 5 septembre , 57 ans - 7 mars Quel plaisir de retrouver ce duo mythique de l'histoire de la BD Si cabot malgré tout! C'est un défit de taille, mais ces premières esquisses semblent bien venues Enfin, parce que ce premier volet de la Malédiction est une réussite, tant sur le plan du scénario que sur celui du dessin et des couleurs.

    Répondre
  13. Malajinn

    Et "ILS" ont raison : des paquets de gogos se ruent sur ces albums débiles!! Ce dernier fait des essais et est donc choisi. Cet opus me laisse plutôt une bonne impression avec un Mortimer en grande forme qui, tout en mettant sa science au service du bien, sait toujours courser les malfrats, que ce soit motorisé ou à pied. Une fois le livre commencé, il est difficile de ne pas le finir.

    Répondre
  14. Basho

    Le professeur est abandonné en pleine mer dans un canot de sauvetage pneumatique Nos deux fellows Blake et Mortimer sont de retour dans cette captivante chasse au trésor. Quant à Aubin Fréchon, je ne connais pas et j'attends de voir avec inquiétude. Ajouter une critique éclair.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *